peremptus
Les faits rapportés dans ce blog sont aussi vrais qu'une promesse électrorale.
Le 21/06/2013 à 13:37

Citation du jour

Aucun de ces travaux n'a mis scientifiquement en évidence une quelconque dangerosité liée à la présence d'uranium dans ces armes (obus-flèches perforants à l'uranium appauvri).

Jean-Yves Le Drian (Journal Officiel Sénat du 20/06/2013 - page 1867)

L'Uranium a une forte pyrophoricité. Lors de l'impact il est pulvérisé dans l'habitacle du véhicule visé et s'enflamme. Des particules et cendres radioactives sont dispersées dans l'air lors de l'explosion qui s'en suit, ou lors de l'explosion de l'obus lorsque la cible est ratée. Ces cendres sont alors respirées par les militaires présents ou se dirigeant vers la zone d'impact.

Une poussière d'Uranium de 1µm dans un poumon provoque autour d'elle une irradiation supérieur à 6rem/an, soit plus de 5 fois la limite autorisée pour le personnel d'un centrale nucléaire.